Bruxelles : G. Gahima et P. Karegeya pressés de questions

Publié le par gaspard-musabyimana

Gerald Gahima-photo UmusesoDe notre correspondant à Bruxelles, nous apprenons qu’une conférence du parti RNC (Rwanda National Congress) s'est tenue dans la capitale belge le 18/02/2011. Elle a réuni une centaine de personnes rassemblées dans une salle de l’hôtel Thon, sur la place Rogier.

Les invitations ont été transmises par des messages SMS ou de bouche à oreille.

Un important dispositif de sécurité avait été déployé autour de l’Hôtel et le principal Conférencier, Gerald Gahima, est arrivé avec une escorte de policiers. Pour entrer dans la salle, il fallait montrer patte blanche en se soumettant à une fouille en règle.

Gerarld Gahima était accompagné entre autres de Joseph Ngarambe et de Jonathan Musonera tandis que le colonel Patrick Karegeya est intervenu par vidéo-conférence à partir de son exil en Afrique du Sud.

Avant le début de la conférence proprement dite, les participants au récent programme « Come and See » organisé à Kigali ont été priés de sortir de la salle. Ainsi donc, « Camarade » et ses compères Eugène et Aimable, confortablement installés, ont été obligés de vider les lieux.

La conférence a débuté vers 18h45 par un bref exposé sur le programme du parti qui ne diffère pas tellement des autres textes trouvés ici et là dans les partis d’opposition de la diaspora, avec un point commun : la lutte contre le pouvoir dictatorial de Paul Kagame, président du Rwanda. Gerald Gahima a précisé que le Rwanda est plus qu’une dictature car il y a plus ou moins 20 personnes autour de Paul Kagame et qui gèrent le pays comme leur propriété privée.

Le gros du temps a été occupé par les questions des participants.

La position du parti RNC sur la Révolution sociale de 1959 : pour RNC, cette Révolution était nécessaire mais elle n’a pas atteint tous ses objectifs. RNC reconnaît-il l’existence de trois ethnies du Rwanda? Oui. Au sujet des listes des génocidaires élaborées par Gerarld Gahima du temps où il était procureur général, il les reconnaît mais se défend d’en être l’auteur car elles lui étaient transmises par les Parquets du pays. Il a dit être prêt à rencontrer quiconque aurait été lésé par ces listes et lui demander pardon. Les tribunaux Gacaca : au départ ils avaient un objectif noble mais petit à petit, ils ont été politisés et ont déraillé.

Au sujet de l’assassinat du président habyarimana : Karegeya a précisé que le dossier suit son cours et qu’il faudra attendre le rapport du juge français Trévédic qui s’occupe du dossier. Le rapport est censé sortir entre mars et avril 2011. La coopération avec les FDU fut une autre préoccupation  des participants. Gahima a dit qu’avec les FDU, ils ont élaboré une plate-forme de collaboration et que cela devrait continuer en invitant d’autres partis politiques de la diaspora à adhérer à cette charte. Quant à la coopération avec Faustin Twagiramungu, elle a été rendu impossible par sa position consistant notamment à reprocher à RNC d'être en relation avec les FDRL (Forces Démocratiques de Libération du Rwanda) basées en RDC. RNC ne collabore pas avec ce mouvement mais celui-ci est constitué de Rwandais et  il faudra parler avec eux tôt ou tard.

Le génocide des Tutsi, oui mais également il faut reconnaître les massacres à grande échelle commis sur des Hutu, comme le montre notamment le « Mapping Rapport ». Au sujet de la responsabilité des conférenciers dans ces massacres, Gahima a dit que le moment viendra où il faudra donner des explications y relatives. La réunion s'est clôturée autour de 22h.

Gaspard Musabyimana

20/02/2011

Commenter cet article