Eugène Uwambajimana : nouvelle victime de la ségrégation

Publié le par Emmanuel Neretse

Eugène Uwambajimana est cet étudiant en deuxième année de Kigali Institute of Education (KIE) qui s’est donné la mort le 31 janvier 2011 après avoir appris brutalement que sa bourse d’études venait d’être coupée.


Un « rescapé » parmi les rescapés


Eugène Uwambajimana n’avait que deux ans quand il a perdu ses deux parents. Il fut alors recueilli par son oncle qui l’éleva comme son propre fils. De condition modeste et donc ne pouvant pas supporter les frais de scolarité de cet enfant, l’oncle croyait être arrivé au bout de ses peines car Eugène avait droit à une bourse octroyée aux élèves orphelins indigents. C’était sans compter avec la machine destructrice mise en place par le système FPR pour discriminer une partie des enfants rwandais. On notera en effet que l’Etat a mis sur pied un fond pour venir en aide aux orphelins notamment pour leur payer les études. Ce fond est alimenté par plusieurs bailleurs mais aussi par tous les Rwandais qui doivent y cotiser. C’est le fameux FARG. La sélection de ceux qui peuvent bénéficier de ce fond se fait de façon ésotérique. En effet comme personne ne peut ouvertement parler de Hutu ou de Tutsi, mais que dans l’entendement du FPR seuls les enfants tutsi doivent en bénéficier, il a fallu trouver un stratagème pour contourner l’interdit. Dans chaque établissement scolaire, il a été mis sur pied un comité chargé de contrôler, d’enquêter sur les bénéficiaires de cette bourse. Ce sont les fameuses AERG. Leurs réunions sont convoquées de bouche à oreille et se tiennent en secret. Aux résultats des enquêtes et autres rapports d’espionnage, le couperet peut tomber sur le cou d’un des étudiants et le comité déclarer : « Il n’est pas des nôtres » (sous-entendu ce n’est pas un tutsi). C’est ce qui est arrivé à Eugène Uwambajimana au lendemain de ses vingt ans. Il fut donc rayé de la liste de ceux qui peuvent bénéficier d’une bourse d’études destinée aux orphelins. Il était bien orphelin mais pas « un bon orphelin ». Ayant découvert son péché originel, celui d’être né hutu, il a mis fin à ses jours.


Un apartheid beaucoup plus féroce que celui vaincu par Nelson Mandela


Non seulement l’élite tutsi a fait un hold-up sur un fond pourtant alimenté par toute la population et a exclu les orphelins hutu de l’instruction, le régime a initié une politique de les faire disparaitre. En effet, des milliers d’enfants hutu se sont retrouvé orphelins après les campagnes de nettoyage de l’APR sur toutes les collines après sa prise du pouvoir en 1994. Après le retour forcé des réfugiés des camps du Zaïre en 1996, sous prétexte de mater une insurrection, l’armée de Paul Kagame va décimer des communes entières du Nord de toute personne adulte laissant ainsi des milliers d’orphelins en errance. Des années plus tard quand le régime décida de ramasser tous les enfants de rue et autres vagabonds, ce fut tout iwawa.jpgnaturellement les orphelins hutu qui furent ramassés.  Cette opération est toujours en cours et les enfants sont déportés à Iwawa, une ile déserte au milieu du lac Kivu. Là, ils recevraient entre autres une formation militaire sans pour autant devenir des militaires de carrière. De toute évidence Paul Kagame garde ces « bannis de la terre » en réserve pour en faire le moment venu de la chaire à canon lors de ces incessantes guerres qu’il chérit tant.

Ainsi donc, après s’être débarrassé de leurs parents, après leur avoir refusé de bénéficier de l’éducation en les excluant du bénéfice du FARG, le régime s’est physiquement débarrassé des orphelins hutu en les déportant sur l’ile d’Iwawa et entend les faire massacrer dans l’une de ses guerres qu’il entend mener dans la région des Grands Lacs.

Puisse la mort du jeune Eugène Uwambajimana ouvrir les yeux à ceux qui s’obstinent à soutenir l’un des régimes les plus répressifs et corrompus  du monde, aux différents bailleurs de fonds et autres bienfaiteurs qui sont abusés car leurs dons favorisent la discrimination entre les enfants du Rwanda, et enfin aux vrais patriotes de se réveiller et de dire « Assez » à une clique de bandits qui a pris le pays en otage depuis plus de 16 ans !

Emanuel Neretse
03/02/2011

Commenter cet article