Nomination d’un représentant de l’UE dans la région des Grands-Lacs : il y a urgence

Publié le par gaspard-musabyimana

Le 11 avril 2011, treize organisations non-gouvernementales ont adressé une lettre à Catherine Ashton, Haut représentant de l’Union Européenne (UE) pour les affaires étrangères pour lui demander de nommer un Représentant spécial de l’UE (RSUE) pour la région des Grands Lacs.

Ces ONG, actives dans la région, se disent profondément préoccupées par la situation politique et sécuritaire qui y règne et estiment que le RSUE pour la région des Grands Lacs est nécessaire pour apporter une valeur ajoutée à la communauté internationale dans ses efforts pour apporter la paix et la stabilité dans la région dans son ensemble.

Selon la lettre, la situation dans la région des Grands Lacs est loin d’être stable. Le Rwanda continue d’être marqué entre autres par la répression des opposants politiques et la restriction de la liberté d’expression ; les tensions politiques et des actions des éléments armés au Burundi se traduisent par des assassinats réguliers suite aux conflits post-électoraux.

En Rd Congo, il subsiste une répression de la société civile et des médias, et la persistance de l’insécurité et la violence en particulier dans l’Est, continuent de menacer la sécurité des civils. Les élections à venir risquent également d’entraîner le pays dans une déstabilisation et un climat de conflit, sans parler des affrontements militaires entre les forces armées de la RDC (FARDC) et les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), ainsi que la violence perpétrée par l’Armée de résistance du Seigneur.

La résolution de tous ces problèmes de longue plaide pour la nécessité de nommer un nouveau RSUE pour la région des Grands Lacs, concluent les ONG.

Source : Echos d'Afrique

 

Commenter cet article