Rwanda : le programme "Girinka" est un gachis!

Publié le par gaspard-musabyimana

Réaction intéressante aux articles ci-dessous

D'abord merci beaucoup pour l'information que nous recevons via votre Blog.

J'aimerais faire des réagir au pertinent article de M. Emmanuel Neretse et aux autres réactions y relatifs.

1-Tout honnête étudiant en agronomie qui a suivi le cours d'introduction à l'agriculture à l'UNR (1ere année, depuis la reforme de 1988) sait très bien que sans réforme de l'habitat au Rwanda, le développement de l'agriculture & de l'élevage, la lutte anti-érosive,... relevent de l'escroquerie intellectuelle du politique au dépens du paysan. L'unique solution [selon les docteurs Runyinya Barabwiriza, Abdoul Kamanzi, ...]passe un courage politique que ni le colonisateur, ni les successeurs n'ont pas encore eu. Aux questions des étudiants de savoir pourquoi on continuait à faire croire cette stupidité aux paysans, la réponse était qu'une fois sur le terrain, les étudants constaterons eux-même que c'est le politique [peu courage] qui prend les fausses décisions techniques malgré des judicieux conseils des techniciens.

2-A monsieur O. Nduhungirehe, j'aimerais lui suggérer de prendre son courage entre ses deux mains,d'avouer avoir plagié et à l'instar du ministre allemand de la défense, tirer ses conclusions.
En effet, un projet identique [à certaines détails prêts]existait dans le diocèse de Kabgayi dans les années 1980 si ce n'est la fin des années soixante-dix. Il avait été initié par un paysan autodidacte feu Rwabutaguza Vénuste. Le projet distribuaient petit ou grand bétail d'abord acheté par l'économat général, par la suite à crédit de la banque populaire avec garanti de l'économat. Puisque vous avez participer à l'étude ["Eh bien ceci est faux ! Le projet Girinka a été préparé quand j'étais Secrétaire Particulier du Ministre de l'Agriculture et des Ressources Animales et je puis vous affirmer que les vaches prévues pour ce projet devaient initialement être importées."], il faut avoir le courage de citer la source d'inspiration!

3- Ceci est aussi valable pour ce qui touche les mituels de santé: au moment du multipartisme, l'administration centrale [ en l'occurence les encadreurs de la jeunesse et du mouvement associatif]passait par les parti politique pour sensibiliser à l'adhésion de ce que l'on appeliat à l'époque "L'initiative de Bamako." Plutôt que de jouer les Matamores en s'attribuant les projets antérieurement réussis ou trouver dans les cartons sur les tables, le FPR devrait montrer son orginalité.

Merci encore.

19/03/2011

 

NB:je tiens à garder l'anonymat car il me manque le temps matériel pour pouvoir réagir à toutes les éventuelles réactions en réponse à la mienne.

 

 

 

Vache.JPG

 

 

Après la publication de l'article "Le programme « Girinka » ou un contrat de servage des temps modernes", nous avons noté entre autres récations, celle d'Olivier Nduhungirehe, diplomate rwandais à Washington, publiée sur les fora le 15/03/2011 que nous reproduisons ci-après ainsi que la réplique de l'auteur de l'article, Emmenuel Neretse.

Par ailleurs, une étude récente montre que la vache n'est pas la mieux adaptée dans un pays qui connaît le problème de terres. Trouver de l'espace pour cultiver le fourrage et les cultures vivrières est un paramètre qui n'a pas été tenu en considération par le programme "Girinka". La vache offerte, au lieu d'améliorer la vie quotidienne du paysan rwandais, devient ainsi un fardeau, voire un cadeau empoisonné. L'étude est d'avis qu'un mouton ou une chèvre serait le mieux indiqué.

MG

17/03/2011


Bonjour Monsieur Emmanuel Neretse, 

 Très franchement, ne pensez-vous pas que votre diabolisation systématique de chaque programme du Gouvernement en est devenue ridicule ? Ainsi donc, si une initiative du Gouvernement n'est pas génocidaire, si elle n'est pas esclavagiste, c'est qu'elle forcément une initiative d'asservissement ! Même le Projet « Girinka » qui avait tout pour être un projet consensuel n'y échappe pas !

Cher ami, ne pensez-vous pas que vous seriez plus crédible et plus utile si vous procédiez à une évaluation des programmes du Gouvernement sur leur mérite, et non de systématiquement chercher un projet génocidaire ou esclavagiste derrière ? Car, en agissant de la sorte, vous détournez même les netters de tout débat constructif sur les éventuelles insuffisances dans la conception ou dans l'application de ces programmes. Par exemple, il vous souviendra qu'il est apparu, lors du Dialogue National de Décembre 2009, que les dirigeants locaux dans certains districts avaient distribué des vaches à ceux pour lesquelles elles n'étaient pas destinées, de sorte que le Président Kagame a même donné un ultimatum pour que tous qui ont indument reçu ces vaches les rendent. Voilà un débat qui serait intéressant !  

Au lieu de nous engager dans un tel échange constructif, vous bloquez même tout débat par vos délires conspirationnistes ! Par exemple vous affirmez que « ces vaches proviennent des troupeaux de quelques gros propriétaires tutsi qui possèdent des milliers de têtes de bétails soit au Rwanda même ou dans les pays voisins ». Eh bien ceci est faux ! Le projet Girinka a été préparé quand j'étais Secrétaire Particulier du Ministre de l'Agriculture et des Ressources Animales et je puis vous affirmer que les vaches prévues pour ce projet devaient initialement être importées.  

Vous continuez : « Pourtant, la joie du paysan qui reçoit la vache devrait être relativisée s'il connaissait d'avance les conditions de ce don de vache. Le bénéficiaire doit en effet prendre soin de cette vache qui doit rester dans une étable. Ceci signifie qu'il doit aller chercher l'herbe pour la nourrir, payer le vétérinaire qui doit régulièrement venir la soigner, mais surtout faire allégeance à JAMAIS au donateur qui d'ailleurs garde un droit de regard sur la vache ».  

Ainsi donc, quand le Gouvernement rwandais demande au bénéficiaire de la vache qu'il vient de lui attribuer, d'en « prendre soin », de l'élever dans une « étable », de « chercher de l'herbe pour le nourrir » ou de la faire soigner par vétérinaire, il est par là entrain de flouer le paysan ! Heureusement que le ridicule ne tue pas ! C'est comme si vous seriez mécontent contre quelqu'un qui vient de vous faire cadeau d'une voiture neuve, sous prétexte qu'il a osé vous demander d'en « prendre soin » ou de le réparer en cas de besoin !

Par ailleurs, vous affirmez que « Dernièrement, quelques vieux paysans sans enfants pour les seconder et dont les vaches reçues dans le cadre de « Girinka » étaient mortes par manque de soins ont été sermonnés et officiellement dépouillés (kunyangwa) ». Outre ces comparaisons historiques déplacées, ne pensez-vous pas, cher ami, qu'un paysan qui a été en défaut de prendre soin d'une vache qui lui a été offerte par le Gouvernement ne mérite pas d'être « sermonné » ?

Car, je vous rappelle que le Gouvernement ne distribue pas des vaches pour le simple plaisir de les distribuer. Il les distribue aux familles les plus pauvres pour qu'elles en prennent soient, afin qu'elles améliorent la nutrition de leurs enfants par le lait et la viande et qu'elles augmentent rapidement le revenu et la productivité des terres par le fumier organique. Tout ceci, dans le cadre de la réduction de la pauvreté. En contrepartie, la première génisse doit être donnée à une autre famille pauvre, afin de que cette chaîne vertueuse bénéficie à toute la population.

Franchement, cher Neretse, pensez-vous, au fond de vous-même, que ce projet est vraiment un projet d'asservissement du peuple ? Ne pensez-vous pas qu'il mérite une discussion sérieuse, non caricaturale, afin que les insuffisances observées ici et là soient corrigées ? Si cela peut vous aider, fermez les yeux et imaginez une seule seconde que le Projet Girinka a été lancé par le Président…Juvénal Habyarimana !

Bonne journée.

Olivier Nduhungirehe (DHR 15/03/2011)

 


Bonjour Monsieur Olivier Nduhungirehe,

Je trouve votre réaction à mon article « Le programme Girinka… » excessive, votre analyse erronée tout comme votre sens du débat constructif étrange. Ceci est certainement dû au réflexe pavlovien de tous les agents du régime du FPR qui consiste à considérer toute critique au régime comme un crime. En ce qui vous concerne personnellement, j’avais espéré qu’avec le temps vous finirez par comprendre que dénoncer les crimes et les exactions d’un régime dictatorial comme celui instauré au Rwanda depuis 1994 est du droit et devoir de chaque patriote épris de démocratie. Hélas, c’est plus fort que vous ! Sinon comment pouvez-vous écrire en mon endroit : « … ne pensez-vous pas que votre diabolisation systématique de chaque programme du gouvernement est devenue ridicule ? »

Il est vrai qu’hier j’ai dénoncé le projet de stérilisation de 700 000 hommes dans les deux prochaines années comme le Ministère de la Santé s’en est fixé l’objectif, non pas par « diabolisation systématique de chaque programme du Gouvernement » mais bien parce que ce projet est criminel et reconnu comme tel par le monde entier. Je continuerai donc à le dénoncer.

Aujourd’hui je dénonce le programme « Girinka » dans ses aspects socio-culturels, non pas par « diabolisation systématique de chaque programme du gouvernement », mais parce qu’il ramène le menu peuple rwandais à la sombre époque de l’Ubuhake à laquelle il a été soumis pendant des siècles et qui avait commencé également par un banal don de vache. Quel que soit l’impact économique du programme (qui n’est pas d’ailleurs évident), rien ne justifie le retour dans la société rwandaise des « bagaragu » qui pour avoir reçu des vaches et des « ba Shebuja » qui les ont offertes. Je persiste donc et signe : le retour sournois au servage par la vache est à dénoncer.

Vous confirmez au passage ce que j’ai indiqué dans l’article en question quand j’ai dit que ces vaches sont achetées à prix d’or aux gros éleveurs qui possèdent des troupeaux au Rwanda comme à l’étranger. Vous indiquez en effet que quand vous étiez Secrétaire Particulier au Ministère de l’Agriculture, les vaches destinées à ce projet devaient être importées. Dont acte. Mais alors pourquoi quand je dis cela vous m’accusez qu’ « Au lieu de nous engager dans un tel échange constructif, vous bloquez même tout débat par vos délires conspirationnistes ! » ?

Quant à la comparaison avec un cadeau d’une voiture neuve, je la trouve très bien adaptée à la situation : si vous offrez une 4x4 américaine qui consomme 40 litres d’essence au 100km à un homme qui gagne moins de 1 dollar par jour, et qu’en plus vous lui sommez de l’assurer, d’en faire la maintenance… moi je ne vous appellerais pas un « bienfaiteur » mais un « malfaiteur ».

Enfin, Cher Nduhungirehe, je n’ai pas besoin de fermer les yeux et penser au Président Habyarimana pour me convaincre que la clique qui a conquis le pays en 1994 n’a aucun intérêt, comme tout conquérant d’ailleurs, à initier un projet qui serait bénéfique au peuple. En voyez-vous ?

Bonne journée,
Emmanuel Neretse
16/03/2011.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article